Plutôt connue initialement grâce à l’intégration (réussie) de son calendrier à WordPress, CoSchedule se présente désormais comme une solution de content marketing polyvalente. Cette couverture fonctionnelle lui permet de venir talonner les grandes suites ou plateformes de content marketing, en tout cas pour des organisations allant de l’entreprise individuelle à la grande PME. D’autant que son modèle tarifaire – nous y reviendrons – est plutôt bien ajusté.

Le calendrier de CoSchedule

Le calendrier permet de bien distinguer les publications de leur promotion social media.

Le tour du propriétaire nous conduit rapidement à la principale pièce, à savoir le calendrier. De nombreux filtres sont à disposition pour distinguer les éléments selon leur type (article de blog, post social media…), leur statut (brouillon, planifié, publié…) ou des labels de couleurs (utilisables par exemple pour repérer des thèmes ou des personas). Tout cela est fluide et ergonomique, mais finalement assez semblable à ce que peuvent offrir d’autres outils. C’est lors de la création des contenus que CoSchedule marque sa différence.

Dès qu’un contenu est créé, CoSchedule lui associe un cycle de socialisation. Les choses sérieuses commencent ici : l’utilisateur a la possibilité de paramétrer très finement ce scénario de distribution du contenu. Il peut ainsi décider qu’un article publié sur un blog sera promu sur Twitter le jour même, sur LinkedIn le lendemain, sur Facebook deux jours plus tard et ainsi de suite. La représentation de cette « timeline social media » est très efficace. Mieux encore, elle peut être modélisée.

Les Timelines social media de CoSchedule

À chaque contenu est associée une timeline d’amplification social media.

Concrètement, l’utilisateur peut préparer un modèle de promotion social media pour un type de contenu donné (une infographie par exemple). En appliquant ce modèle à un contenu juste créé, CoSchedule crée automatiquement le calendrier de promotion social media associé. Le contenu des posts sociaux fait, lui aussi, l’objet d’un paramétrage fin. Des raccourcis (appelés « helpers » dans le jargon CoSchedule) sont prêts à l’emploi pour intégrer automatiquement un titre ou un résumé. La solution donne aussi la possibilité de créer ses propres helpers. Pratique pour ajouter des séries de hashtags ou encore des phrases types.

Les Helpers de CoSchedule

Les « helpers » sont des raccourcis qui facilitent la programmation des posts sociaux. Ici, le raccourci « cm » ajoute aux posts les hashtags #contentmarketing et #contentstrategy.

CoSchedule pousse plus loin encore la gestion des circuits de distribution avec la fonction ReQueue. Chaque contenu peut être versé dans une file d’attente de recyclage. À l’utilisateur de définir ces files comme il l’entend : une file pour des contenus à ne republier que 2 fois, une autre pour autoriser jusqu’à 5 recyclages, etc. Un planning des jours et horaires sur lequel activer ces republications est aussi à disposition. De quoi gérer très finement une stratégie de recyclage, notamment pour les contenus dits « evergreen ».

La fonction « ReQueue » permet de définir les plages sur lesquelles autoriser le recyclage des contenus.

Cette planification est totalement cohérente avec les éléments affichés dans le calendrier. Autrement dit, le fait de déplacer par un « drag and drop » la date de publication d’un contenu replanifie automatiquement le cycle de promotion social media et de republication associé. Tout cela est d’autant plus productif si l’on utilise pleinement les intégrations proposées par la solution. Et, sur ce sujet, la marge de manœuvre est grande…

Sans surprise, l’intégration avec WordPress (point fort historique) est toujours aussi soignée. Les changements de statut d’un article et les dates de publications sont directement imputés dans le back office des blogs WordPress connectés au compte CoSchedule. À noter que la solution est accessible depuis le site CoSchedule ou depuis le back office du blog via l’installation d’un plugin. Des intégrations sont aussi proposées pour de nombreux outils tiers : Bitly, Google Analytics, Evernote, Google Docs et Calendar. Enfin, côté comptes sociaux, les grands réseaux sont là, y compris Tumblr.

Côté intégration des comptes sociaux, l’essentiel est là.

Quelques précisions concernant le travail en équipe et la gestion du workflow. De manière logique, si le compte CoSchedule est connecté à un WordPress, les auteurs WordPress peuvent être ajoutés au flux de travail. Là encore, des listes de tâches sont modélisables en précisant le nom de la tâche, la date d’échéance et la personne en charge. Au fil de l’accomplissement de ces tâches, un système d’annotations permet aux contributeurs d’échanger des commentaires sur le travail en cours. Ce workflow semble  trop léger pour s’adapter à une organisation complexe avec des départements multiples et des rôles transverses (pour cela il faudra plutôt se tourner vers une solution telle que Divvy). Cependant, pour bon nombre d’organisations de taille moyenne, ces fonctions couvrent les besoins.

CoSchedule est d’autant plus adapté à ce type d’organisation que le modèle tarifaire est lisible et bien ajusté.

> Pour 15 $ par mois, le blogueur solo peut associer son compte à 5 profils sociaux et à son blog WordPress.
> Pour 60 $ par mois, le nombre de profils sociaux grimpe à 25, davantage d’intégrations sont proposées, tandis que la fonction « ReQueue » est active.
> Pour 120 $ par mois, ce qui est décrit ci-dessus devient accessible à 10 utilisateurs.

À partir de 300 $ par mois, l’abonnement, dimensionné pour 25 utilisateurs et 100 profils sociaux, donne accès à un rapport d’analyse global et détaillé. Notre version d’évaluation ne nous a pas donné accès à l’intégralité de ce module centré sur le suivi de l’engagement social media (par compte, par post, etc.), nous éviterons donc de trop discourir sur le sujet.

Pour achever cette évaluation, posons LA question : CoSchedule présente-t-elle un intérêt si l’on ne dispose pas de blog WordPress ? Aujourd’hui, sans hésitation, la réponse est oui. CoSchedule a suffisamment bien évolué pour centraliser la gestion de la planification content marketing d’une entreprise de taille moyenne, indépendamment de l’existence d’un blog WordPress. Ajoutons aussi que la feuille de route annonce de nouvelles fonctions en matière de personnalisation des workflows, de gestion de campagnes marketing ou encore de ciblage des audiences pour Facebook. De quoi confirmer la position de CoSchedule comme solution content marketing et non plus comme un simple calendrier de planification pour WordPress.

À ce titre, CoSchedule peut entrer à nos yeux en concurrence avec une solution telle que Scoop.it Content Director. La solution de Scoop.it garde l’avantage d’un puissant moteur de curation et d’une détection des opportunités de recyclage des contenus. De son côté CoSchedule se démarque par son approche très souple et pragmatique, en quelque sorte un juste équilibre entre calendrier éditorial et suite content marketing. Un atout décisif qui devrait garantir une adoption rapide par les utilisateurs.

+ La gestion des cycles de publication et de promotion des contenus
+ La fonction « ReQueue » pour automatiser le recyclage des contenus
+ Le modèle tarifaire  
– Pas d’intégration avec des CMS autres que WordPress
– Fonctions collaboratives encore limitées pour de grandes organisations 
3e1892adf3ad82adab379b7a6369a822...................
Share This